11 - acte militant

Publié le 28 Septembre 2016

11

Du pourquoi de la sodomie du dernier billet. Le rapport de domination homme/femme se retrouvent et explosent à nos yeux dans l’acte sexuel. L’homme est toujours celui qui dirige, fait voire décide. Il est en permanence dans le rôle de directeur. Ne se relâche jamais. Contrairement à la femme qui, la majeure partie du temps, endosse le rôle passif. De temps en temps, vient-elle dessus. Même là, l’homme a tendance à reprendre les rênes et à donner ses coups de reins. A ne pas laisser la femme faire. Il a du mal à le supporter. Tellement du mal que cela est en fait contre-nature pour lui.

La plupart des hommes doivent avoir une peur bleue de se retrouver à quatre pattes. Cela signifierait devenir passif, ne pas savoir ce qui se passe et subir les événements. Mais le point hautement positif qui les fait flipper est que cela leur permettraient de lâcher les rênes.

Casser les codes hétéro-centrés au sein du couple – et particulièrement dans l’acte sexuel – est un acte militant féministe à part entière. Le sexe de chacun.e ne permet pas d’attribuer un rôle à l’un.e ou l’autre. Vivre ce que l’autre a l’habitude de vivre est aussi un moyen de construire un échange solide. De comprendre l’autre. D’éviter les maladresses. Tout simplement, de se mettre sur un même pied d’égalité.

 

Rédigé par Mathieu C

Publié dans #Dépenser des pensées

Repost 0
Commenter cet article