4 - le rap, ma conscience de classe

Publié le 15 Septembre 2016

4

Quand quelqu’un passe dans ma vie, je lui parle de ces 15 jours radiophoniques qui ont bouleversé ma manière de voir les choses. J’avais 12 ans.

En 2001, Akhenaton sortait son album Sol Invictus. Il passait dans l’émission Planète Rap sur Skyrock. Il y a encore les cassettes (clic – les deux doigts – record) chez mes parents.

Mes premiers pas dans le rap. Le rap, l’éveil de ma conscience de classe. Le petit blanc de famille aisée du centre de Bordeaux a plongé dans le rap revendicatif des cités. De lui-même. Le rap, ma conscience de classe.

Tout au long de ces années, je suis resté plongé dans mes premières claques. IAM, Chiens de Paille. Assassin également. Paradoxalement, je n’ai pas plongé plus en avant. Cela me suffisait. J’ai croisé d’autres univers par la suite. Mais seul le rap a eu cette faculté de m’ouvrir à la politique. A l’injustice. Au devoir de se battre.

Aujourd’hui, si je milite dans une organisation, je le dois beaucoup à Messieurs Fragione, Mussard et consorts.

Rédigé par Mathieu C

Publié dans #Dépenser des pensées

Repost 0
Commenter cet article