17 - sans nous

Publié le 14 Octobre 2016

17

Je suis tout à fait capable de parler d'autre chose que de lutte de classe ou d'amour.

Quoi de mieux qu'une clope qui se consume, qu'un vieux vinyle des Pink Floyd ramené de Munich qui craque, qu'un picon bière au gout amer et d'une après-midi à ne strictement rien foutre. A emmerder le reste de la Terre qui continue à tourner. Sans nous. Se lever, changer la face. Vider le cendrier. Retourner dans le canapé. Rallumer une clope. Il est 17h. Mais qu'importe. Hier, j'ai découvert le dernier album des Scratch Bandits Crew. Je pense à aller à acheter la galette. Mais pas maintenant. Maintenant, je ne fais rien. Je gonfle mes poumons. Je me rince le gosier. Amer. Pour la suite, Alain Bashung devrait grandement faire l'affaire.

Les soirs où je suis mélancolique, je devrais plus souvent écouter le vieux best-of de Léo Ferré que m'ont offert mes parents pour mes 18 ans. Il a une voix à te réconcilier avec le passé et toi-même.

Rédigé par Mathieu C

Publié dans #Dépenser des pensées

Repost 0
Commenter cet article