41 - au diable la peur

Publié le 17 Mars 2017

41

Le 17 mars, minuit. Je branche l’ordinateur à la table de mixage, lance Minuit. Au diable, la peur. Ce soir, je souhaite écrire clair. Stop à la poésie bringuebalante. Arrêtons de nous cacher. Les maux derrières les mots et les mots derrière les maux. Des choses me hantent.

Alors oui j’aurais aimé être là au commencement. Mais bordel qu’est ce que c’est con. Tu ne serais pas celle que je connais. De même que j’apprécie à me remémorer mon passé, pourquoi ne le ferais-je pas pour le tien. L’accueillir sereinement et sainement. Ça vaut le coup d’essayer.

Bientôt un an. Si peu et déjà tant. Samedi soir, tu seras Clyde, je serai Bonnie. Si peu et déjà tant. A l’image d’un épanouissement total et vertigineux à la fois. Une sorte de saut à l’élastique dans une zone enivrante. Mais j’ai rebondi. Le sourire est là au premier rebond.

Ce sourire, c’est à toi que je le dois.

Rédigé par Mathieu C

Publié dans #Dépenser des pensées

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article